Histoire de la récup’ des vêtements.

histoire de la récup'

La récup’ est une nouvelle mode ?

Et bien détrompe-toi, la récup’ existe depuis trèèèès longtemps. Elle était même la norme jusqu’au XXᵉ siècle.

 

Pour faire des économies

Dans les campagnes françaises, tout était récupéré et recyclé. Les paysans, étant pour la plupart très pauvres, n’avaient pas d’autres choix que de tout réutiliser pour faire des économies. Personne ne jetait les vêtements. Ils étaient un bien très cher que peu de personne pouvait s’offrir. Ils étaient tellement précieux qu’ils figuraient sur les testaments !

Hors de question de les jeter : s’ils étaient abîmés, ils étaient rapiécés. S’il n’était plus possible de les rapiécer, le tissu était récupéré. Les bouts de tissus usés pouvaient être réutilisés en tant que chiffons, langes pour bébé ou encore pansements ! Tout avait une seconde vie. Si par malheur du tissu ne pouvait pas être réutilisé en linge, le restant était revendu à des papetiers. Ils s’en servaient comme matière première.

Les vertus de l’user

En plus d’être économe, les vêtements usés ont aussi des qualités ! Ils ont l’avantage d’être plus doux et donc plus agréables à porter. Au contraire, les vêtements neufs étaient très rêches, raides et désagréables à porter. Et pas qu’un peu ! Tellement que les plus riches faisaient porter leurs vêtements neufs par leurs domestiques pour les adoucir.

La fin de la récup’

La récup’ à peu à peu disparue de la société avec l’arrivée de l’économie capitaliste industrielle. Les tissus sont désormais fabriqués en usine, en plus grande quantité et donc beaucoup moins cher. Les tissus deviennent aussi plus légers et donc moins rêches. Ils deviennent petit à petit plus agréables à porter. Néanmoins, cela ne va pas sans une grande baisse de qualité. Les tissus sont moins robustes et durent donc de moins en moins dans le temps. Ce qui rend aussi difficile la récupération entre générations.

La récup’ d’aujourd’hui

La récup’ revient petit à petit dans nos modes de vie. De plus en plus de personnes se mettent à la seconde main. Le motif économique n’est plus le seul qui rentre en compte. La récup’, aujourd’hui, répond surtout à un besoin de s’inscrire dans une logique écoresponsable. Des tonnes de vêtements sont produits chaque jour alors que des tonnes sont déjà en circulation, dormant dans une armoire, loin d’être usés. La récup’ permet de redonner une seconde vie à des vêtements, presque neufs pour la plupart, et de réduire leur production. Ainsi, réduisant aussi tous les effets négatifs qui vont avec : pollution de l’eau, de l’air et des sols…